De l'esprit à la chair

De l'esprit à la chair

Fred Oberson
Corinne Le Gal Merci de votre critique constructive. L’ex jeune séminariste est forcément immature, il lui faudra encore des années pour vivre pleinement son athéisme. Bien à vous Fred 5 Corinne Le Gal Bonjour Fred Oberson… Belle écriture et pourtant tellement contradictoire… Mélange de prose stylistique et de langage familier. De même si le thème abordé semble être traité avec beaucoup de pudeur, certains passages flirtent avec la vulgarité. Ce qui rend l’ensemble très controversé. Je me suis surprise à compatir totalement au mal être du personnage devant l’invraisemblance des exigences et des enseignements donnés par l’Eglise et forcément, les doutes qu’elles suscitent en lui, mais pareillement, je l’ai parfois trouvé totalement immature. Au final, ce jeune séminariste ne m’a pas laissée indifférente. Merci d’avoir partagé votre œuvre. Fred Oberson
¦Myriam ORAZZO Chère Myriam, Votre analyse est pertinente. Trop et trop peu, voilà le dilemme. Ce livre pourrait effectivement faire 250 pages voire plus étant donné le nombre de thèmes évoqués, comme vous dites. Ma démarche était plus simple, celle d’expliquer le passage de la croyance à l’incroyance, les autres thèmes abordés étant complémentaires, bien qu’il y avait matière à les développer. J’envie parfois les auteurs capables d’écrire 500 pages sur un sujet anodin – Le Journal des Baltimore, de Joël Dicker, par exemple. Que de répétitions, que de papier gâché et ça marche au box office… Difficile à un sentimental chronique de retranscrire ses émotions ! C’est au lecteur de ressentir à sa manière l’évocation que l’auteur a suggéré. L’époque que nous vivons n’a plus rien à voir avec celle des années cinquante, mai 1968 est passé par là ! Je privilégie les histoires courtes, les nouvelles, tout va si vite ! Vous répondre m’a permis de m’échapper du bouquin que j’écris en ce moment. Grâce à vous, je vais tenter de faire 80 pages de plus, de faire vivre le héros octogénaire jusqu’à cent ans ! En attendant de lire « Bientôt, nous nous aimerons » je vous embrasse, Fred Fred Oberson
myriamorazzo Une critique ou un commentaire sans concession ! Bien à toi, Fred Fred Oberson
lamish J’ai tardé à vous remercier de vos gentils mots car le virus m’a repris ! Tant pis pour les 35 heures. Vous êtes devineresse puisque on m’a gratifié du bouquin du mois ! Avec mon amitié, Fred monBestSeller
Retrouvez l'interview de Fred Oberson, Sélection de février pour le Prix Concours monBestSeller de l'auteur indépendant 2016 Mary COUSIN
Bravo à vous Fred Oberson pour avoir été élu Sélection de février et nominé au Prix Concours monBestSeller de l’auteur indépendant 2016. C'est plus que mérité et je souhaite bonne chance à votre ouvrage pour la suite. Cordialement. 5 lamish Merci, Fred, pour ce roman qui m'a heureusement surprise car le sujet ne me branchait pas trop, je l'avoue. Vous le développez avec sincérité, objectivité et simplicité, rendant les réflexions d'Alex profondément humaines. J'ai aimé que ses doutes, en plus de ceux concernant sa capacité à l'abstinence, soient aussi d'ordre métaphysique. Un grand merci pour le partage et cinq étoiles de plus à votre firmament. Avec ma complicité d'auteure. Lamish. Muriel E.
Cher Fred, oui je lis vite et j'adore ça ! Quand on écrit, lire est vital car c'est une source d'inspiration géniale ! Je m'essaye à la nouvelle en ce moment mais le format ne m'est pas familier. J'écris des romans d'au moins 300 pages en général alors je cherche à me familiariser avec des textes plus courts. Bonne journée ! Fred Oberson
A Muriel E Vous lisez si vite, chère Muriel, que je n’arrive pas à suivre l’écriture de nouvelles aventures. Merci de votre fidélité et à bientôt. Fred 5 Muriel E. Cher Fred, J'ai beaucoup aimé cette histoire. Sur la simple lecture du synopsis, non, je n'aurais pas plongé. Mais c'est quand j'ai lu le nom de l'auteur que j'ai décidé de lire ce récit. Je n'ai pas été déçue. On peut suivre l'évolution du personnage, son état d'esprit, ses questionnements, ses angoisses et ses doutes. Jusqu'à la décision finale. Bravo pour ce textes riches et intense. Merci pour ce partage, Bien à vous, Muriel E. Fred Oberson
Cher Joseph Nous sommes donc de la même époque. La mémoire s’estompe avec le temps, ça fait du bien, comme vous dites, de rafraichir sa mémoire. Merci de partager ces années-là, je me sens moins seul ! Amicalement, Fred Fred Oberson
Cher Alain, Difficile d’échapper au bourrage de crâne. Je m’en échappe par l’écriture et la remise en question permanente de la société. Merci d’avoir mis ce récit dans votre bibliothèque. Bonne lecture, Fred, alias le Croni-coeur ALAIN BOULOT
Moi je suis toujours dans cette dualité, j'aurai plaisir à lire votre manuscrit j'en suis persuadé, car je fais le parallèle avec mon éducation et ce bourrage de crâne... Alors dans un premier temps il sera dans ma bibliothèque ensuite je vous donnerai mon impression. 5 Joseph Vous dites parfaitement l’état d’esprit d’alors, quand on ne pouvait songer remettre en cause les évidences, les certitudes, les traditions, les colonies, la guerre d’Indochine, puis d’Algérie, le célibat des prêtres, les dérives inavouées et inavouables, les chemins tracés à l’avance… Et puis, vous dites aussi les doutes, les contradictions, les tentations… Vous avez rafraichi ma mémoire et j’ai aimé m’en souvenir. Fred Oberson
Cher Mary, Vous êtes très attentive ! Nouveau venu à MBS, je ne savais pas comment publier un autre article....Les voici réunis ! Mary COUSIN
Bizarre de vous retrouver avec le même livre sous votre nom d'auteur cher Croni coeur! je vous salut bien mais ne vais pas remettre un commentaire. Avec mes meilleurs vœux pour 2016. Fred Oberson
A Grégoire 16,    Pas évident de narrer le passage de la croyance à l’athéisme, si ce n’est sous la forme romancée. Merci d’avoir adoré ce récit, sans doute pas de la même manière que l’adoration d’Alex pour la Vierge ! Vous me donnez l’envie d’écrire une saga sur les Trente Glorieuses… mais quel boulot ! Bien à vous,   Fred 5 Gregoire16 On suit avec beaucoup de plaisir l'évolution de ce personnage au début dans un internat pré-séminaire dans le contexte de la décolonisation puis dans la France florissante des Trentes Glorieuses. On comprend ses doutes et son évolution intérieure. C'est très bien écrit avec un style vraiment différent. J'ai adoré! Fred Oberson
Bonjour Mary, Peut-être n’avez-vous pas lu : « Trop jeune pour moi » (en Prem's) ..Bonne journée, Fred (Pardon... j'ai la tête ailleurs, Oedipe a lu et répondu à votre commentaire) Mary COUSIN
J'aurai toujours plaisir à vous lire et j'espère que vous aurez le même à découvrir l'épopée de mon épée " Manus Deï". Bien à vous. Le Croni-cœur
Chère Mary, Je ne peux rien vous cacher… puisque vous m’avez retrouvé sous mon pseudo ! Votre commentaire enthousiaste m’incite à vous proposer de nouveaux textes au cours de cette année que je vous souhaite très prolifique. Mes vœux de succès vous accompagnent. Fred 5 Le Croni-cœur Un grand merci pour votre commentaire chère Colette dont votre prénom est aussi celui de mon héroïne... qui a existé, mais pas tout à fait comme celle de ce roman ! Peut être vit-elle encore ? et je peux fantasmer à l'idée qu'elle lise ce texte. Bien à vous, Fred 5 Mary COUSIN Quand j’ai lu votre synopsis, il ne m’a pas vraiment donné l’envie de lire votre livre. Finalement, j’y ai jeté un coup d’œil et je l’ai plus lâché jusqu’à la fin. D’accord, j’ai sauté quelques passages de sa vie au séminaire (j’ai passé suffisamment de temps chez les bonnes sœurs comme ça), mais, après je me suis fait happée par l’histoire. Ces moments de vie, tristes ou heureux, ces aventures, ces rétrospections : c’est du bonheur. Bien tournée, pétillant, plein d’esprit, c’est une bonne lecture pour commencer l’année en beauté. Bravo, et mes meilleurs vœux pour 2016 à vous et au livre.

De l'esprit à la chair Epub

Liens de téléchargement:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *